Reversements de la taxe de séjour par les opérateurs numériques :

la campagne de juin 2021 est lancée !


Publié le : 21 Juin 2021

L’article L2333-34 du CGCT oblige « les professionnels qui, par voie électronique, assurent un service de réservation ou de location ou de mise en relation en vue de la location d’hébergements et qui sont intermédiaires de paiement pour le compte de loueurs non professionnels a verser deux fois par an, au plus tard le 30 juin et le 31 décembre, sous leur responsabilité, au comptable public assignataire de la commune ou de l’EPCI, le montant de la taxe de séjour calculé en application des mêmes articles L. 2333-29 à L. 2333-31 et le montant de la taxe additionnelle calculé en application de l’article L. 3333-1. »

Les sanctions sont prévues à l’article L2333-34-1 du CGCT

  • Le défaut de production dans le délai prescrit de la déclaration prévue au III de l’article L. 2333-34 entraîne l’application d’une amende pouvant aller jusqu’à 12 500 € sans être inférieure à 750 €. Les omissions ou inexactitudes constatées dans la même déclaration entraînent l’application d’une amende de 150 € par omission ou inexactitude, sans que le total des amendes applicables par déclaration puisse être supérieur à 12 500 €.
  • Le fait, pour les logeurs, les hôteliers, les propriétaires, les intermédiaires et les professionnels mentionnés à l’article L. 2333-34, de ne pas avoir perçu la taxe de séjour sur un assujetti entraîne l’application d’une amende pouvant aller jusqu’à 2 500 € sans être inférieure à 750 €.
  • Le fait, pour les logeurs, les hôteliers, les propriétaires, les intermédiaires et les professionnels mentionnés à l’article L. 2333-34, de ne pas avoir reversé le montant de la taxe de séjour due dans les conditions et délais prescrits au même article L. 2333-34 entraîne l’application d’une amende pouvant aller jusqu’à 2 500 € sans être inférieure à 750 €.

En décembre 2020, la campagne de reversements des opérateurs numériques est intervenue avec les sommes non reversées lors de la campagne de reversement de juin 2020 et le reste de l’année 2020. Les montants reversés ont été un peu en recul ou en hausse selon les territoires par rapport aux montants de décembre 2019.

Depuis le 1er juin, certains opérateurs numériques, procèdent au reversement légalement prévu avant le 30 juin 2021.

Pour rappel, la DGFIP rappelle que :

  • Les coordonnées bancaires transmises aux plateformes de réservation en ligne de logements sont celles des comptables publics assignataires et non des régies.
  • L’adresse de réception des déclarations de taxe de séjour est celle utilisée pour la connexion au Portail internet de la gestion publique.

Depuis 3 années, les utilisateurs de la solution taxesejour.fr bénéficient d’un système d’enregistrement des reversements des opérateurs numériques.

Le module Tiersanalyse lancé en janvier 2020 évolue en continu.

  • Il propose depuis septembre 2020 un outil de rapprochement qui permet d’identifier dans les états déclaratifs produits par les opérateurs numériques les séjours effectués dans des hébergements connus du service gestionnaire de la taxe de séjour et ceux qui ne le sont pas.
  • Il permet depuis mai 2021 d’accéder à des indicateurs statistiques et à des fonctionnalités nouvelles dans l’espace gestionnaire.

Les utilisateurs de la solution taxesejour.fr utilisent massivement ce module qui permet d’avoir une mesure fiable de l’impact de la collecte par les opérateurs numériques dans les territoires.

Cette collecte :

  • est un plus dans les territoires qui :
    • n’avaient pas une bonne connaissance de leur parc de meublés de tourisme
    • n’avaient pas d’actions en direction des loueurs pour rappeler les obligations en matière de collecte de taxe de séjour
    • avaient un nombre de meublés de tourisme très importants impossible à identifier sans la mise en place de la procédure d’enregistrement
    • avaient un nombre important de loueurs de meublés qui ne percevaient pas la taxe de séjour
  • induit une baisse équivalente des reversements effectués en direct par les loueurs dans les territoires qui :
    • avaient pas une bonne connaissance de leur parc de meublés de tourisme
    • avaient des actions en direction des loueurs pour rappeler les obligations en matière de collecte de taxe de séjour
    • avaient un nombre de meublés de tourisme restreint
    • avaient un nombre important de loueurs de meublés qui percevaient la taxe de séjour

Cette collecte n’est qu’une part du total des montants de taxes de séjour qui sont reversés estimée en 2019 à près de 15% du total et en 2020 à plus de 32% du total alors que toutes les sommes n’ont pas encore été reversées sur un échantillon de plus de 14000 communes en France. Cette proportion double mais cela est essentiellement du à la réduction des sommes reversées par les hôtels de tourisme, les résidences de tourisme, les villages de vacances et l’hotellerie de plein air.

Au sein des collectivités territoriales et des offices de tourisme, l’action des gestionnaires de la taxe de séjour, régisseurs ou pas, reste donc absolument prépondérante. C’est aussi la preuve que, si les parts de marché des plateformes en ligne progressent vite, il existe encore une très large part des nuitées touristiques qui sont commercialisées en dehors des opérateurs numériques.

La tendance de la collecte par les opérateurs numériques pour 2020 ne sera connue qu’en juillet 2021 quand la campagne de reversement de juin 2021 comportant le solde de 2020 aura été enregistrée dans Tiersanalyse.